Stratégie

Tout est affaire de stratégie, algorithme, marketing, rendement.

Quand les choix et les goûts sont dictés par des machines.

Savez-vous pourquoi je continue à dessiner « à l’ancienne » ?

Parce que j’ai soif de matière, de toucher, de contact, de sensation.

Un contact direct avec mon environnement.

D’abord, il y a le papier, le choisir en fonction de son grain implique que la main le caresse, le ressente. Que le regard se pose sur lui et l’inspecte : la couleur, les nuances de blanc.

Puis le crayon, bien choisir la mine, la tailler si besoin. Mesurer l’intensité de cette mine, sa couleur.

Le bruit du crayon qui glisse sur le papier. L’odeur du papier, le parfum de la mine de crayon. Le son de la mine qui glisse. Puis vient la gomme, plusieurs types de gomme, leur texture et leur odeur. Les saisir et les agiter sur le papier. Balayer les résidus du revers de la main. ; en contact, toujours.

Je touche, je regarde, je hume.

Je suis dans le réel de la vie, pleinement.

Tout mon corps est en action, tous mes sens sont assidus.

Et je ne vous parle même pas de la mise en couleur !

Bien sûr, si je me « trompe » c’est foutu… et je dois recommencer… Je ne vous dis pas qu’à ce moment-là je m’extasie sur le réel de la vie…. Mais ainsi va la vie…. Nos erreurs laissent des traces et puis on recommence et c’est parfois mieux, parfois moins bien, on accepte et on avance.

C’est ce que j’aime dans le fait de dessiner « à l’ancienne ». Je me sens vivante.

J’ai essayé la palette graphique*… mais tout est si mécanique. Pour moi qui ne fonctionne qu’à la sensation c’est comme si on me privait de tous mes sens ! Tout est réflexe. Rapide. Efficace. Froid. Lisse.

Dans ce monde où tout est si lisse de la joue à la fesse, tout est en plastique de la joue à la fesse, tout est cloné de la joue à la fesse.

J’ai impérativement besoin d’imparfait.

Et puis… un peu de réel fait tellement de bien. Vous savez, prendre ses amis par le cou, aller bras-dessus bras-dessous, serrer une main, faire la bise, sentir le parfum de l’autre, trinquer, voir un sourire, danser, tituber, se rattraper à son voisin, entamer une conversation, rire, éclater de rire en postillonnant (ou pas), chanter à tue-tête en fin de soirée, regarder le jour se lever assis sur un toit à contempler la ville qui se réveille, descendre chercher les croissants, croiser les éboueurs, se coucher dans un rayon de soleil en se disant que la soirée fut bonne, le sourire aux lèvres, un matin de printemps où les oiseaux se déchainent…  Bien sûr on aimerait dormir et que ces satanés oiseaux se taisent, on se réveillera en ayant un peu mal à la tête, on a un peu honte de notre prestation sur « I will survive » de 4h du mat mais tout le reste était si parfaitement imparfait !

*Je n’ai rien contre les dessins à la palette graphique, ce sont des prouesses techniques et artistiques et je sais les apprécier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s