Petit à petit (Jean-Marc)

Quand j’étais enfant, mes parents ont eu l’ingénieuse idée de venir habiter dans un bled paumé loin de toute vie socialement raisonnable…

La première « chose » que je voyais en ouvrant mes volets c’était des vaches au premier plan, un tas de fumier au deuxième plan et une ferme pour clôturer cette image d’Épinal.  Autant vous dire que mon adolescence fut ennuyeuse, monotone, rébarbative, maussade, un long, long, long dimanche pluvieux.

Mais un jour d’octobre tant attendu, j’ai eu 18 ANS ! Avril de l’année suivante, à 10h30 je reçois le sésame : un petit papier rose m’autorisant (les fous) à conduire un véhicule équipé d’un moteur et muni de 4 roues ! Je suis rentrée chez moi en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et à midi pétantes, j’étais dans mon bolide et je fonçais droit vers une liberté bien méritée !  Je suis rentrée à minuit ce jour-là.  Ma mère m’attendait… furibonde :

« Mais t’es complétement inconsciente ?

Mais non, j’ai mon permis lui ai-je répondu fièrement

Ah oui ? T’es au courant qu’une voiture ça s’assure ?!!! »

Du haut de mes 18 ans et quelques mois je venais de découvrir d’un coup la liberté et le poids de celle-ci…

Pourquoi, je vous ai raconté ma vie ? Juste pour vous montrer à quel point, la voiture est pour moi un symbole de liberté.  C’est mon Bucéphale à moi ! Alors autant vous dire que me passer de cet engin magique est difficilement envisageable pour moi….

Mais toujours résolue que je suis à faire ma part, j’ai décidé de me passer de celle-ci.  Il faut savoir que j’utilise principalement ma voiture pour aller travailler.  C’est donc sur ce trajet que j’ai résolu naturellement de porter mon action

C’est ainsi qu’un petit matin,  je me suis retrouvée dans un monde inconnu : un bord de route à un arrêt de bus! Je crois que j’étais la seule avec un sourire niais, toute contente de ma bonne résolution et action!

Ce sourire niais a disparu au bout de 15 minutes, après avoir été brinquebalé au gré des humeurs de la route et du chauffeur ; j’avais oublié un petit détail : je suis malade en bus (en voiture également, en train aussi, en avion et en bus donc….) après 1 heure de trajet (contre 30 minutes normalement), j’ai mis la matinée à m’en remettre, je suis arrivée verte et nauséeuse, nausée qui ne m’a d’ailleurs quitté que 2 heures avant de reprendre le bus de retour…

Retour maison: j’ai tenu 20  minutes (yes !) avant de sentir cette désagréable sensation qui fait que vous passez votre temps à supplier le ciel et que non, non, non, il est hors de question que quoique ce soit ne sorte de vous devant tout le monde!!!!

Bilan : premier jour désastreux: en retard et malade….

Alors le lendemain, je ne me suis pas dégonflée ! Après un solide petit déjeuner, des cachetons anti-nausée (cela n’a jamais marché mais il semblerait que la folie m’habite car comme le dit ce vieil adage : la folie c’est refaire mille fois la même chose en espérant un résultat différent, bref…) autre horaire, monnaie ready ! Cette fois, j’en étais convaincue : j’étais parée !

Bon alors, je n’apprendrais rien aux « réels et réguliers » utilisateurs des transports en commun (vous avez mon admiration éternelle d’ailleurs).  Un bus, ce n’est pas toujours à l’heure, et puis, déchiffrer des horaires, faut une certaine expérience.  Et pour finir, ben, si depuis le CP, t’es malade en bus, ce n’est pas une fois adulte et parce que tu as décidé de faire ta part pour notre jolie planète que tu ne seras plus jamais malade.

Echec cuisant.

Bon, bon, bon,

Il fallait que je trouve une autre option, impérativement, c’est ce que j’ai ressassé tout le long du trajet retour en bus, en essayant de me concentrer sur autre chose que l’aller-retour de mon repas de midi que je tentais de garder pour moi….

Je ne sais pas si c’est l’état second dans lequel les nausées me mettaient mais au cours de cet enfer digestif, j’ai pris une décision radicale : changer de voiture !

Oui, je sais être totalement excessive !

Casi dit casi fait : j’ai acheté une voiture BEAUCOUP plus petite et moins puissante.  Pas hybride, au vu du prix pour un tel achat ! Mais mes indices CO2 et consommation en nette régression et c’est déjà ça pour Gaia la belle!

Ensuite, j’ai arpenté les réseaux sociaux, afin de trouver du co-voiturage !

Et oui, restons cohérent !

Je n’ai pas rempli ma charrette encore, et je ne fais que 2 jours sur 4 de co-voiturage mais c’est un début.

J’espère arriver à un co-voiturage sur les 4 jours avec 2-3 personnes dans mon carrosse.  Je partage également le carrosse des autres, je ne suis pas comme ça très chère !

Pourquoi j’ai décidé de tels changements dans mon mode de vie ? Ben à cause ou plutôt grâce à  Jean-Marc !

Jean-Marc Jancovici : il faut absolument que vous connaissiez ce Monsieur.  Je vous mets  en lien ces vidéos (celles que j’ai déjà regardées) ainsi que son site afin que vous fassiez connaissance.

Bienvenue dans le monde fini

S’adapter à la raréfaction de l’énergie 

Jancovici répond à vos questions

Son site internet -) lien

Vous comprendrez après avoir regardé ces conférences mes décisions : utiliser le moins possible ma voiture, et de ne plus prendre l’avion  Alors foncez regarder (écouter) les vidéos de Monsieur Jancovici, franchement, ne serait-ce que par curiosité que vous soyez acquis à la cause ou que vous soyez climato-sceptique.  Et puis, un peu d’intelligence ni-démago ni réac, cela ne peut pas faire de mal !

Bonne journée