Eblouie

Avez-vous remarqué, que de nos jours (ma brave dame) les mots sont galvaudés ? Tout est à coup de: super, fantastique, incroyable, extraordinaire. Un besoin constant d’être dans la surenchère afin que, chaque instant, même banal, crée un buzz émotionnel. Une dose d’adrénaline auditive qui doit emmener vers du jamais vu.

Ces mots sont employés en gage d’émotions fortes, comme s’il était impératif que chaque minute soit intense, passionnante et bouleversante.  Plus de demi mesure que de l’extraordinaire incroyablement fantastique !

Allez à contre courant, devient un acte militant intense pour une vie plus sereine et surtout plus humaine.  J’ai toujours aimé être à contre courant, non pas pour « ne pas faire comme tout le monde », mais juste parce que naturellement, ma lenteur innée m’a toujours laissée sur le carreau, ce qui, en contrepartie, m’a octroyé une place de choix pour observer la folie ambiante et la perte de bon sens.

Mais il reste des mots, souvent peu ou plus utilisés, qui ont plus de force que tous ces « supers-mots » qui bombardent notre lexique moderne réduit comme peau de chagrin.

Il est de ces mots que nous affectionnons plus que d’autre.  Pour ma part, je voulais vous parler du mot: éblouir.

Au-delà de la promesse poétique, ce mot laisse un sentiment qui perdure une fois celui-ci prononcé.  De par les étincelles qu’il augure, on ne peut s’empêcher d’imaginer comme une poussière d’étoile autour de la personne ou la circonstance qualifiée par ce terme.

J’apprécie d’autant plus ce mot, qu’il a un côté suranné.

L’enchantement qui en découle  se suffit à lui-même.  Pléthores d’images bombardent mon cerveau à son évocation.  Des images qui me sont propres et qui viennent auréoler ce mot plein de charme.

« Elle est éblouissante. »

« Frapper les yeux par un éclat qu’ils ne peuvent soutenir.

Se laisser fasciner, étourdir.

Frapper la vue, l’esprit d’admiration

Se laisser aveugler, fasciner. »

Tant de mot pour n’en résumer qu’un seul……

Moi, je suis éblouie à chaque fois par Saint-Malo, ses remparts et sa lumière… (et vous par quoi êtes vous ébloui?)

8F10AE8B-AD6E-4C68-B45E-02F59E92857A560BA520-F8F2-41E2-BAE5-183D267B439ED53B9B58-00FA-403E-99FB-9721DC618F49

0DDA634B-D894-42C9-AE41-E82A17543009A986E64A-590A-4E2A-B7AE-AF1BCAD92BA85E3CBAFB-B45D-4D6B-B4D2-F7D6F3ECF88A

 

2166EE44-569B-445F-A294-80D885D7BBA3CA75A864-8179-43E9-9E86-6C6BA0BD259F9EB155E7-D7A0-4995-A53A-010E7CDC108D