Walk the dog … in the city

Mais avant toute chose et comme il se doit:

Très bonne année!

voilà voilà

Je ne suis pas très fan de cette phrase répétée à loisir tout le mois de janvier… je l’aime à minuit le 31 décembre quand lancée à la cantonade et le coeur plein d’espoir la coupette à la dérive, on s’embrasse tous avec la conviction profonde que le décalage de deux aiguilles sur un cadran peut changer notre karma!

Après bof… c’est plus aussi sincère, plus aussi sincèrement faux.

Ce que j’avais envie de partager ce jour, c’est ces 2-3 journées de printemps en plein hiver!

Un bonheur absolu et une vrai renaissance!

J’ai béni tous les saints de la terre et des cieux tant mon bonheur était à son paroxysme.

J’aurais pu vous donner le bon dieu sans confession, l’absolution et mon manteau pour le coup.

La joie me pousse à la générosité aveugle et démesurée de la à me prendre pour dieu lui-même.

Bon, j’arrête là mes divagations débiles.

Bref, j’étais une imbécile heureuse et je dois dire que finalement cet état d’être est à tort moqué et décrié.

Allez, hop, « Walk the dog in the City » with me (and Lulue of course darling)